Aller au contenu principal

Journée mondiale sans tabac : sport et cigarette, quelle relation ?

Sportif fumeuse

Journée mondiale sans tabac : sport et cigarette, quelle relation ?

« Se décrasser » avec une bonne séance de sport lorsqu’on est fumeur ? Une idée reçue très répandue, démentie par les recherches sur les effets du tabac sur notre organisme. Non : la séance de sport ne nettoie pas les poumons. Mais s’il n’est pas recommandé d’allier cigarette et activité physique, le sport peut à lui tout seul constituer une aide précieuse pour l’arrêt du tabac.

 

La cigarette a toujours la cote

Malgré la baisse de popularité évidente de la cigarette constatée ces dernières décennies (loi Evin, campagnes anti-tabac…), le tabagisme est toujours la deuxième cause de décès au niveau mondial, avec plus de 6 millions de morts chaque année. En France, une personne sur quatre déclarait fumer tous les jours en 2020, selon un sondage de Santé publique France. Une consommation qui, bien qu’en baisse ces dernières années, connaît un regain depuis l’année 2020. Les substances chimiques addictives et dangereuses contenues dans la fumée de cigarette n’ont, quant à elles, pas baissé : on en compte plus de 4000, les principales étant le monoxyde de carbone, le goudron, la nicotine, l’ammoniac, l’acétone, le méthanol le cadmium et les benzopyrènes.

 

Sport et cigarette : les liaisons dangereuses ?

Contrairement à la croyance populaire, la pratique d’une activité physique, quelle qu’elle soit, n’élimine aucune des substances toxiques inhalées par le fumeur. Comme le relate cet article du Figaro Santé, « non seulement le sportif fumeur est exposé aux mêmes risques que tous les autres fumeurs (cancers, maladies cardio-vasculaires, insuffisances respiratoires…), mais il y ajoute des complications liées à sa pratique sportive en perturbant l’apport en oxygène aux muscles, cœur et poumons ». Fumer avant, pendant ou après une séance de sport intense est traumatisant pour le corps, qui subit un fort déficit en oxygène. Au-delà de ces complications, le tabagisme, même modéré, limite tout simplement la performance sportive.

 

Le sport : un allié de taille pour l’arrêt du tabac

Si le sport ne protège pas le fumeur des effets nocifs engendrés par la cigarette, il peut en revanche être un allié de taille pour le sevrage tabagique. L’exercice physique rendrait en effet l’arrêt du tabac plus facile et en atténuerait les effets secondaires. Le cercle vicieux, qui consiste à avoir recours au tabac à la moindre occasion (faim, stress, manque…) se transforme en cercle vertueux. Peu à peu, les effets liés à l’arrêt du tabac se combinent à ceux du sport : amélioration du souffle, du sommeil, de l’état physique, du bien-être et de la santé en général, ce qui permet à la fois d’améliorer ses performances et de prendre plaisir à la pratique.

 

Cette année, le thème pour la Journée mondiale sans tabac est "le tabac : une menace pour notre environnement". Peut-être l’occasion de faire d’une pierre deux coups en troquant la voiture pour le vélo et en tirer les bénéfices écologiques et sportifs ?